UIPP - Union des Industries de la Protection des Plantes

Betteraves, présentation du plan de prévention de la filière et du plan de recherche sur les alternatives aux néonicotinoïdes

24 septembre 2020

L’AIBS, l’Association interprofessionnelle de la betterave et du sucre a remis ce 22 septembre son plan de prévention au ministre chargé de l’Agriculture : « La filière betterave-sucre-alcool s’engage dans un processus de transition responsable et ambitieux vers une culture de la betterave sans néonicotinoïdes à horizon 2024 au plus tard ». Ce plan prévoit entre autres de n’utiliser de néonicotinoïdes qu’une seule année par parcelle sur la période 2021-2023, avec une dose réduite de 25 %, et d’implanter 4 000 ha de nouvelles surfaces de plantes mellifères (luzernes d’été, bandes fleuries, jachères mellifères, etc.) sur l’ensemble des exploitations betteravières à horizon 2023.

La possibilité d’utiliser des néonicotinoïdes durant trois ans offre donc une assurance aux producteurs, le temps pour la recherche de trouver des alternatives efficaces pour réduire le risque. Un plan national de recherche et d’innovation conduit par l’Inrae avec l’ITB et les semenciers a aussi été remis au ministre de l’agriculture le 22 septembre. Les chercheurs ont trois ans pour proposer aux betteraviers un panel de solutions associant l’agroécologie, la génétique, le biocontrôle et parvenir à l’élaboration d’un modèle économique durable.

Le projet de loi qui prévoit la possibilité d’accorder des dérogations à l’interdiction d’utilisation de néonicotinoïdes pour les semences jusqu’au 1er juillet 2023, est examiné, pour avis, par le Commission du développement durable de l’Assemblée nationale le 22 septembre, et par la Commission des affaires économiques le 23 septembre. Il sera débattu en séance publique le 5 octobre 2020.